– Tarkovsky Quartet

Le nouveau CD du Tarkovsky Quartet  « NUIT BLANCHE »
est sorti le 7 Avril 2017

F. Couturier Chronique Jazz Magazine

https://www.ecmrecords.com/catalogue/1481100128/nuit-blanche-tarkovsky-quartet


Piano, composition : François Couturier

Saxophone soprano : Jean-Marc Larché

Violoncelle : Anja Lechner

Accordéon : Jean-Louis Matinier

Présentation Tarkovsky Quartet

 

Page Facebook du Tarkovsky quartet

 

 

« Tarkovsky se déplace dans l’espace des rêves avec évidence » (Bergman)

 En Octobre 2006, François Couturier rendait hommage au grand cinéaste Andrej Tarkovsky avec la sortie de « Nostalghia, song for Tarkovsky », enregistrement paru sur le label Ecm, suivi en 2011 d’un second opus: « Tarkovsky quartet ».

Ces 2 albums ont étés unanimement salués par la critique internationale et les nombreux concerts donnés dans toute l’ Europe ont recueillis un vif succès auprès du public. ( Rome, Florence, Bergame, Parme, Dinant, Paris, Mannheim, Munich, Frankfort, Florence, Dublin, Amsterdam, Barcelone, Genève, Prague, Poznan, Parme,Tallin, Athènes …)

L’expérience musicale et humaine des enregistrements, tournées et concerts, a révélé le formidable potentiel de cette formation à l’instrumentation tellement originale.Pour François Couturier, être le « Spiritus rector » d’un tel ensemble, inscrit dans le temps, la durée mais aussi l’amitié, la fidélité et la confiance, correspond à une sorte d’aboutissement personnel.L’univers si particulier du génial Tarkovsky a littéralement catalysé et fédéré les individualités de ce groupe qui porte désormais son nom:

« Tarkovsky quartet »

« La portée onirique de l’œuvre de Tarkovsky est très forte et me transporte particulièrement.C’est cette dimension qui a guidé mes recherches et mon travail pour ce nouveau répertoire. » ( F.Couturier )

Tarkovsky toujours, mais aussi Kurozawa, Visconti,  Bergman (…), collègues et   contemporains, parfois même amis, chez qui souvent « on assiste à ce phénomène où réel et imaginaire deviennent indiscernables. Comme dirait André Breton, une sorte de « Surréalité ».La poésie qui se dégage de l’œuvre de ces cinéastes : scènes improbables, personnages chimériques, situations extraordinaires et inouïes a nourri l’écriture musicale .

… terrain riche, abondante matière :

« Le Miroir », »Nostalghia », « Vertigo », « Les Nuits blanches », « Urga », » Dreams »